Un pas de plus vers le zéro déchet avec le compostage

Un pas de plus vers le zéro déchet

Des petits bocaux, une gourde en inox, un bouquin de Bea, des photos ultra chic sur Instagram,  …Vous reconnaissez ? Oui, c’est la fameuse tendance zéro déchet ! Certains ne se gêneront pas de dire que c’est bien joli, mais qu’ils n’ont pas le temps, d’autres laisseront l’idée mûrir dans leur tête alors que certains ont déjà leurs propres habitudes. Nous, on vous propose de regarder ça d’un peu plus près :

Ce mois d’octobre, nous étions partenaires de Carouge zéro déchet. L’occasion pour nous de se pencher sur une tendance dont certains d’entre nous et bon nombre de nos clients sont adeptes.

 

Le terme Zéro déchet

Le terme nous vient de l’anglais « zero waste ». En anglais, « waste » signifie d’une part, « déchet », mais aussi «gaspiller ».

En adoptant un comportement zéro déchet, on pense en amont. Avant même de recycler, on essaie de ne pas produire de déchets : éviter les emballages à usage unique, penser aux ressources naturelles, les économiser, penser à l’empreinte carbone de la fabrication jusqu’au recyclage… Bref, avoir une pensée circulaire.

 

Et pour nous aider à adopter cette pensée circulaire, voici le fameux principe des 5R.

Refuse : Là, c’est plutôt simple, on refuse simplement ce dont on n’a pas besoin. En agissant de cette manière, en refusant par exemple les emballages à usage unique, on contribue à faire baisser la demande. De cette manière, on oblige la remise en question de nos habitudes.

Reduce : et si on arrêtait de « surconsommer » ? Favoriser la mobilité douce ou le covoiturage, ne pas imprimer ce qui n’est pas nécessaire, réduire sa consommation d’énergie, etc.

Reuse : nos objets ont une durée de vie, ils se réparent, se revendent et se réutilisent.

Recycle : Le recyclage est en bas de liste, parce que s’il est si souvent valorisé et que la Suisse se comporte en élève modèle en la matière, le recyclage n’est pas pour autant sans impact pour l’environnement. En recyclant, on modifie la nature de l’objet pour en créer autre chose. Ceci nécessite de l’énergie et le bilan carbone peut parfois être désastreux. Au final, on recycle ce qu’on n’a pas pu refuser ou qui ne peut avoir une seconde vie.

Rot : ah, celui-là c’est celui qu’on attendait ! Nos fameux déchets organiques, qu’on préfère appeler ressources organiques. Puisqu’ils sont issus de la nature, en se décomposant, ils rendront leur richesse à nos sols, après avoir été utilisés pour générer de l’énergie renouvelable. Quel cercle vertueux ! Le tri de ces déchets n’est pourtant pas si simple. Tout déchet ne peut pas être composté et la gestion d’un compost chez soi, s’avère compliquée. Mais pas de panique, on vous prépare un article sur le sujet.

 

Nos 715kg de déchets ménagers annuels PAR PERSONNE nous positionnent en 3ème pays produisant le plus de déchets en Europe. 

Lire aussi: “Réduire ses déchets, l’indispensable réalité.”

Être bon en recyclage, c’est bien, mais être durable, c’est mieux. Plutôt que quantité, pensons qualité. Là aussi, pensons à la qualité de notre consommation, de nos gestes et ce sera déjà un pas de plus vers le Zéro Déchet.

On vous propose un premier geste : arrêtez de jeter vos déchets organiques dans la poubelle ménagère (lire cet article pour savoir pourquoi c’est dramatique) et optez pour Mint 😉

Réduire ses déchets, l’indispensable réalité.

Une Suisse exemplaire ? La Suisse est le troisième producteur de déchets urbains avec plus de 700 kg par personne. La charge écologique et économique qui en résulte est considérable: impôts, taxes, émissions C02. Réduire ses déchets est donc bon pour l’environnement, et pour notre porte-monnaie…

Lire plus »

Les déchets, une source d’énergie incroyable.

Près de 30% des déchets ménagers sont constitués de déchets organiques, dits déchets verts. Ces détritus finissent souvent à l’usine d’incinération alors qu’ils devraient être recyclés et représentent une importante ressource, tant matérielle qu’énergétique…

Lire plus »